Articles‎ > ‎occitan‎ > ‎

n°1-page3

La pèira del Sisif

par Andriu de Gavaudan

Tornarai pas sul cossí del perqué del mite de Sisif que foguèt condemnat a carrejar sens relambi un ròc al som d’una montanha d’ont tornava davalar autanlèu. N’es aital de las lengas mino-rizadas_; n’es aital de l’occitan de segur!

L’occitan existís desempuèi un milierat d’annadas e la literatura occitana, amb los trobadors, foguèt la primièra litera-tura vertadièrament europèa e influen-cièt totas las autras a l’epòca e mai tard tanben.

L’istòria a volgut que, dins l’espaci geografic que s’apèla anuèit França, los òmes del Nòrd aguèron lo dessús dins las guèrras qu’opausèron lo rei de la França de l’epòca als senhors del Sud. Mençonarai son que la Crosada dels Albi-geses al sègle xiiien que foguèt lo comen-çament de la fin, se se pòt dire, d’aquela civi-lizacion espectaclosa que contunhèt, ça que là, de rajar qualque temps encara.

Per far cort, entre l’or-denança del rei Fran-cés Ièr (en 1539) – qu’èra dirigida contra lo latin principalament – que demandava que totes los documents oficials foguèssen re-digits en «_bonne lan-gue françoise_» e los revolucionaris de 1789 – doblidar pas l’abat Grégoire, un grand democrata, ça dison los istorians franceses – per los quals caliá anientar totes los pateses qu’èran son que l’expression de la «_contrarevolucion_», las lengas istoricas de la França enta-menèron un long camin cap a la desca-sença e l’occitan coma las autras…

De literatura, n’i aguèt de segur; d’escrivans e de poètas tanben, mas la koinè qu’aviá permés als trobadors, de Lemosin a Provença e d’Aquitània a Auvèrnhe, de trobar – crear – en inven-tar çò que se sona_: trobar lèu, trobar clus, trobar ric e de compausar albas e cançons, tensons e sirventés, aquesta koinè perdèt de sa fòrça e gaireben totes los qu’avián enveja de s’exprimir dins lor lenga  s’acantonèron dins lor provín-cia.

Lo reviscòl vertadièr, mas preparat per d’unes escrivans qu’ensajavan d’aga-char au-delà de lor cloquièr, venguèt amb Mistral, al sègle xixen, e lo Feli-britge. Al sègle xxen, l’Institut d’estudis occitans prenguèt lo relais en voler s’afirmar coma una fòrça mai progres-sista. A l’ora d’ara, Felibritge e I.E.O. son las doas associacions màgers que luchan per l’avenidor de la lenga occi-tana.

«_La vièlha voliá pas morir_!_» L’adagi o ditz. Son pas las atacas qu’an mancat e que mancan de la part del poder central, es a dire de París. Las atacas se son fachas encara mai frontalas e mai vivas desempuèi que França, orfanèla de sa poténcia coloniala, s’es replegada sus son claus en proclamant urbi et orbi que nòstra lenga nacionala, lo francés, èra assautada per lo tot-anglés e que caliá a tota fòrça defendre aquesta lenga universala, eiretièra del sègle dels Lums e portaira de la Libertat (amb una L granda) e patin e cofin…

L’occitan – e las autras lengas istoricas de França1 – vòl pas morir. Al sens contra, al moment qu’un liberalisme descabestrat canta la globalizacion cara a Mac Luhan, las gents vòlon recuperar lor eiretage cultural per dire de pas s’anar negar dins una jos-cultura estats-unidenca o quitament francesa – la cul-tura francesas a quitat tota ambicion fàcia a la cocacolaïsacion e macdona-lizacion estatsunidencas, ailàs_!

Vesèm desempuèi un trentenat d’anna-das d’escòlas – las «_calandretas_» – se dubrir per escolarizar drollets dins lor lenga, dins la lenga occitana. Los joves ara an pas mai vergonha coma los an-cians, aquela vergonha que los «_mos-surs_», de París generalament, avián capitat de nos cargar. Los ancians, de segur, fasián tindar la lenga mas cadun dins son recanton d’una faiçon timidòta per importunar pas la Lenga, la francesa qu’aviá totes los dreches. Ara, los joves jògan e fan de musica sens ges de vergonha amb las lengas occitana e francesa o quitament l’anglés o lo cas-telhan.

Es tot aquò qu’emmalícia nòstres elèits aparisenquits qu’apartengan al micro-còsme politic o a la Libra Pensda (sic) o quitament a l’Acadèmia francesa. E totes de brandussar la menaça del desmarmalhament de França en causa d’aquestes portaires d’ideologias passa-distas e guetoïsantas que volrián far rampèl a una França «_maire de las arts_» e portaira de l’ideologia mai bèla que siá, la de Libertat_!

Una paradòxa_! Al nom de la Libertat, sostenon los dreches de las nacions oprimidas e lo drech d’unes grops etnics a servar e parlar lor lenga quand es especifica mas, sul territòri nacional, esitan pas a escrancar la libertat linguïstic dels pòbles de França per çò que «_lo francés es la lenga de la Republica_» e que França reconeis pas que los individús e non pas los grops etnics o que qué sián…

França a pas jamai entendut parlar de Sisif mas coneis son que Descartes!

andriudegavaudan.over-blog.fr


Le rocher de Sisyphe

traduit par Andriu de Gavaudan

Je ne reviendrai pas sur le pourquoi du comment du mythe de Sisyphe condamné à porter sans cesse un rocher au sommet d’une montagne d’où il redescendait aussitôt. Il en est ainsi des langues minorées ; il en est ainsi de l’occitan très certainement!

L’occitan existe depuis un millier d’années et la littérature occitane, avec les troubadours, fut la première littérature véritablement européenne et influença toutes les autres à l’époque, et plus tard également.

L’histoire a voulu que, dans l’espace géographique qui s’appelle aujourd’hui la France, les hommes du Nord eussent le dessus dans les guerres qui opposèrent le roi de la France de l’époque aux seigneurs du Sud. Je mentionnerai simplement la Croisade contre les Albigeois, au XII ème siècle qui fut le commencement de la fin, si on peut dire, de cette civilisation fantastique qui contiua, cependant, de rayonner quelque temps encore.

Pour faire court, entre l’ordonnance du roi François Ier (en 1539) – qui était surtout dirigée contre le latin – qui demandait que tous les documents officiels fussent rédigé en « bonne langue françoise » et les révolutionnaires de 1789 – ne pas oublier l’abbé Grégoire, un grand démocrate, disent les historiens français – pour lesquels il fallait anéantir tous les patois qui n’étaient que l’expression de la « contre-révolution », les langues historiques de France commencèrent un long chemin vers la déchéance et l’occitan comme les autres…

De la littérature, il y en eut, évidemment ; des écrivains et des poètes également, mais la koinè qui avait permis aux troubadours, du Limousin à la Provence et de l’Aquitaine à l’Auvergne, de « trouver » – créer – en inventant ce qui s’appelle : trobar lèu, trobar clus, trobar ric et de composer aubes et chansons, tensons et sirventès, cette koinè perdit de sa force et la très grande majorité de ceux qui voulaient s’exprimer dans leur langue, se replièrent dans leur région.

Le renouveau véritable, mais préparé par des écrivains qui essayaient de voir au-delà de leur clocher, vint avec Mistral au XIX ème siècle, et avec le Félibrige. Au xxe siècle, l’Institut d’études occitanes prit le relais en voulant s’affirmer comme une force plus progressiste. À l’heure actuelle, Félibrige et I.E.O. sont les deux associations principales qui luttent pour l’avenir de la langue occitane.

« La vieille ne voulait pas mourir ! » C’est ce que dit l’adage. Ce ne sont pas attaques qui ont manqué et qui manquent de la part du pouvoir central, c’est à dire de Paris. Les attaques se sont faites encore plus frontales et plus vives depuis que la France, orpheline de sa puissance coloniale, s’est repliée sur son pré carré en proclament urbi et orbi que notre langue nationale, le français, était assaillie par le tout anglais et qu’il fallait à toute force défendre cette langue universelle, héritière du siècle des Lumières et porteuse de la Liberté (avec un grand L), etc.

L’occitan – et les autres langues historiques de France1 – ne veut pas mourir ; au contraire, au moment où un libéralisme échevelé chante la globalisation chère à Mac Luhan, les gens veulent récupérer leur héritage culturel pour dire de ne pas aller se noyer dans une sous-culture étasunienne ou même française – la culture française a abandonné toute ambition face à la cocacolaïsation et à la macdonaldisation, hélas !

Nous voyons depuis une trentaine d’années des écoles – les « calendretas » – s’ouvrir pour scolariser des enfants dans la langue occitane. Les jeunes maintenant n’ont plus honte comme les anciens, cette honte que les « messieurs », de Paris généralement, avaient réussi à nous inculquer. Les anciens faisaient chanter la langue, mais chacun dans son coin et d’une façon bien timide pour ne pas importuner la Langue, la française, qui avait tous les droits. Aujourd’hui, les jeunes jouent et font de la musique sans aucune honte avec les langues occitane et française ou même anglaise ou castillane.

C’est tout cela qui fait enrager nos élites parisianisées qu’elles appartiennent au microcosme politique ou à la Libre Pensée (sic) ou même à l’Académie française. Et tous de brandir la menace de démantèlement de la France à cause de ces porteurs d’idéologies passéistes et ghettoïsantes qui voudraient tenir tête à une France « mère des arts » et porteuse de l’idéologie la plus belle qui soit : celle de la Liberté !

Un paradoxe ! au nom de la liberté, ils soutiennent les droits des nations opprimées et le droits des groupes ethniques à conserver et à parler leur langue quand elle est spécifique mais, sur le territoire national, ils n'hésitent à écraser la liberté linguistique des peuples de France parce que « le français est la langue de la République » et que la France ne reconnaît que les individus et non pas les groupes ethniques quels qu’ils soient…

La France n’a jamais entendu parler de Sisyphe mais elle connaît son Descartes ! 



Comments