Grêven birçîbun

par Ahmet Dere


Cunta Leşkerî ya 12ê îlonê, PKK û Şerê li Kurdîstanê

Li Tirkiyê di navbera 1950 û 1970ê de jibo çareseriya pirsgirêka kurd hewldanên rewşenbîrên Kurd û Tirkan bi berdelên mezin hatine asteng kirin. Bi hezaran rewşenbîr bi dehan salan hatine ceza kirin, işkence ditine û hatine kuştin. Partiyên siyasî bi metodên antî-demok hatin repisandin û qedexe bûn in.


Piştî sala 1980ê rejîma 12ê îlonê û siyasetên wê dengê dînamîkên civakî birîne. Repisandina azadiya raman êdî dibe tiştekê daîmî.

Jibo çareserkirina pirsgirêka kurd fehma militarist û metodên leşkeri li hawirdorê serwer dibin. Êdî tu rê nemîn in ku Kurd xwedî li daxwazên xwe ên demokratîk derkevin.

Di reşekê wusan de di 1979an de PKK (Partiya Karkerên Kurdistan) bi serokatiya Abdullah Öcalan tê damezrandin. Di 1984an de jî ew çalakiya xwe ya leşkerî pêk tîne.

Ev dibe pêvajoyekê nû ya tekoşînê. Jibo Kurdan merhaleyeke nû hatioye dest pê kirin.

Jiber ku cewherê wî ji ya serîhildanên borî cudatir bû û ew şêwazên tekoşîna gerîlla dipejirand.

Di destpêkê de ew bi îdeolojiyekê çep a Maxist-Leninist tê tenzîm kirin.

Pişt re bi giranî ew dibe xwediyê nêzîkatiyên neteweparêz. Banga wî jibo hemû Kurdan bû û ew xwedî îdîa rêxistineke hêztir bû. PKK rêxistinekê modern bû û li gorî pêşveçunên siyasî û rojane xwe di be çavan re derbas dikir. Bi rastî jî dema ku Öcalan bi operasyoneke navnetewî hate girtin dihat hêvikirin ku di nava demeke kin de wê heman rêxistin belav bibe. Lê wusan nebû, PKK di qada legal de rêjeya xwe ya nimînandinê hê jî zêdetir kir û li dijî repisandinên dewletê feraseta xwe li pêş xist.

Ji damezirandina PKKê heta naha bi kêmanî sîh sal derbas bû. Di berdewamiya vê pevajoyê de gelek rûxandinên xwezayî çê bû. Hêjayiyên dîrokî, çandî û civakî û herwuha kevneşopî ji holê hat rakirin. Gundên ku cerdewaniyê nepejirandin hatin şewutandin. Kesên ku debariya xwe bi çandinî û ajaldariyê dikirin bê derfet man. Di tevahiya Tirkiyê de kuştinên ku kiryarên wan nenas, li heremê jî darazên bê înfaz û windabûyînên bin çav pir hat jiyan kirin (van demen dawî bi dehan gorên komî hatine dîtin) Rojnamevan, zanyar û bi dehan hezaran mirov, bi taybetî parlamenter û rewşenbîr ên ku di derbarê pirsgiêkên heremê de difikirin, bi salan raberî cezayên hepsê bûn in. Bi hacetên şer mirov ji mafên çandî, civakî û siyasî hatine mehrûm kirin. Çavkaniyên xwezayî ên li herema Kurdistanê hatine dagirkirin.

Grevên Birçîbunê û Serokatiya Öcalan

Di 1999’an de derdestkirina Öcalan li ser civaka kurd bûye sedemê qidûmşikandineke mezin. Lê belê Öcalan bi rêya parastina xwe ya dadgehê û hevdîtinên xwe ên bi parêzeran ravakir ku ew ji berê zêdetir xwediyê şarezatiyê dibe û ji wesfa xwe ya serokatiyê tiştekê wunda nekiriye. Her çiqas hatina Öcalan a Tirkiyê wek wendakirineke grîng were pejirandin jî ew ji hin tiştên erênî re bû sedem. Ev bûyer nakokiyên di nava rêxistinê de derxist holê û bû sedem ku rêxistin xwe ji nû bike. Öcalan, digel mehkûmiyetê, rêxistina xwe jinû ve da avakirin.

Lewma jibo Öcalan kampanyayekê nû, bi pişt-giriya gel ji aliyê PKKê ve hate destpê kirin: “Serokê gelê Kurd”. Di wî têgihanê de tesîra kuştina Uğur Kaymaz ku 12 salî bû, û ya bavê wî, li Diyar-bekîrê di bûyerên îlon a 2006an de qetilkirina ji dehan zêdetir zarokan jî hebû. di aliyê din de li Muşê bi çeken kîmyevî qetlkirina 14 milîtanên PKKê di tevahiya bajarên Kurdan de bu sedemê çalekiyên giştî. Nêzikê 10 hezar Kurd, ên ku di qadeke legal de têkoşîn dikin û 8 parlementer hatin girtin.

Di dawî de dema mirov li serbihuriyên Serokatiya Öcalan bisekine, motiva-syona girtî û mehkûmên ji PKKê ev 65 roj in çawa greva birçîbûnê rêve dibin wê hêsantir were femkirin. Her repi-sandina dewletê û her ifşaatên dijbe-ran dilsozî û sempatiya jibo Öcalan zêdetir dike. Halbukî di 2009an de dewlet piraniya siyasetmedarên Kurda kir zîndanê û ji Tîrmeha 2011an vir ve tekilî bi Öcalanre tine. Armanca dew-letê ew bû ku bandora Öcalan kêm bike. Lê belê di bingeha bandora wî ya li ser gel û rêxistine ne tene ji bo fikren wî nin, ya esasî jibo neteslîm buna wî bû. Ev 65 roj in endamên hereketa Kurd dixwazin mesajekê bidin: Şert û merc çi dibe bira bibe em her daîm li pişt serokê xwe ne û mirin ji bo wan hîç tişteke nîn e.

Boyî greva birçîbûnê bidawîbikin jî sê daxwazê wan heye:

  • Divê tecrîda ne hiqûqî ku ji sal û nîvê vir ve li ser Abdullah Ocalan didome bê bidawîkirin û astengiyên hevdîtina wî û parêzeran bên rakirin.
  • Herwuha divê pêşî li perwerde û parastina bi zimanê dayîkê bê vekirin û hemû astengiyên fermî û qanûnî ji holê bên rakirin.
  • Armanca esasî ya çalakvanên greva birçîbûnê jî ev e; sererastkirina sertên girtîgehê yên Ocalan û amadekirina sertên jibo azadiya wî. ■

Grêves de la faim

traduit par Ahmet Dere
 
Le coup d'État militaire du 12 septembre au PKK et la guerre du Kurdistan

De 1950 à 1970, les efforts des intellec-tuels kurdes et turcs visant à résoudre le problème kurde a été sanctionné par diverses pressions et des méthodes antidémocratiques telle que des peines d'emprisonnement et des dissolutions de partis politiques.


Après le 12 septembre 1980, le régime, les politiques et les dynamiques socia-les sont réduites au silence, punis, et la liberté d'association est anéantie par la pression.

On recourt de plus en plus à des méthodes militaires pour résoudre le problème kurde. La politique de vio-lence et cette répression ont tenté d'étouffer les revendications démocra-tiques des Kurdes.

C'est précisément dans un tel envi-ronnement que Abdullah Ocalan an-nonce la création du  PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) en 1979. En 1984, la rébellion recommence avec la  mise en place de la guérilla.

Il s'agit d'une nouvelle étape pour les Kurdes. Parce que différentes des for-mes antérieures de rébellion.

Dans diverses parties du monde, l'ac-tion de la guérilla pour le combat na-tionale et la lutte des classes était appréciée.

Elle a d'abord adopté une idéologie marxiste-léniniste, puis a opté pour le nationaliste de gauche afin d'englober l'ensemble de la population kurde.

Tout comme les autres mouvements politiques, le PKK a développé un réflexe de renouvellement continu. En 1999, Öcalan a été capturé lors d'une opération par les organisations inter-nationales, la désintégration du parti était très attendu. C'est l'inverse qui s'est produit. Le PKK a augmenté sa représentation parlementaire et sa ca-pacité de résistance à la pression éta-tique s'est développée. Plus de trente ans se sont écoulés depuis la création du PKK. Pendant ce laps de temps,   certains endroits ont été brûlés, dé-truits, d'autres ruinés, l'Histoire, les va-leurs sociales, culturelles, les traditions locales ont été anéanties.

Les villages refusant la protection de l'État, ont été brûlés et dévastés. Les moyens de subsistance des popula-tions, dont les sources de revenus sont l'agriculture et l'élevage, ont été ré-duits. Les meurtres non résolus, les exécutions extrajudiciaires, les dispa-ritions, sont nombreux en Turquie. Ré-cemment, des dizaines de charniers ont été découverts. Expliquant leurs ré-flexions sur les problèmes de la région, les parlementaires, les journalistes, les scientifiques, les intellectuels et des centaines de milliers de personnes sont emprisonnés pour une dizaine d'année. Sous prétexte de guerre, le peuple a été privé de ses droits politiques, sociaux, et culturels. Depuis des années, les res-sources naturelles locales ont été dé-placées hors de la zone.

Abdullah Ocalan et les Grèves de la faim

En 1999, la capture d'Öcalan a conduit à une démoralisation de la population kurde. Toutefois, lors des plaidoiries et des pourparlers, Öcalan déclare ne pas manquer aux obligations de la fonction de leader malgré les conditions de dé-tention. Encore une fois, le sage se montre plus astucieux que jamais.

La capture d'Öcalan en 1999 et son ar-rivée forcée en Turquie est certes une énorme perte pour le PKK. Par contre, cet événement a contribué au regrou-pement, à la révision et à la remontée en surface de l'organisation dans un très court laps de temps.

Malgré l'emprisonnement d'Öcalan, l’or-ganisation continue de se construire, et, à la suite de la campagne du PKK,  sa position « de leader du peuple kurde_» a été adoptée par l'ensemble du peuple. L'assassinat de Uğur Kaymaz âgé de 12 ans et de son père après les événements de mars 2006, d'une part, et l’utilisation de « bombes » chimi-ques provoquant la mort de 14 mili-tants du PKK à Muş, d'autre part,  ont déclenché un soulèvement dans toutes les autres provinces kurdes. Dans le procès KCK (Union des communaute du Kurdistan), environ 10 milliers de Kurdes se battent dans l'arène juri-dique et en dépit des voix des citoyens, huit parlementaires sont emprisonnés.

En conséquence, cela fait 65 jours que dans les prisons, les détenus et con-damnés du PKK et du PAJK (orga-nisation armée féminine du PKK) sont en grève de la faim. Il est possible de comprendre leurs motivations en re-gardant l'histoire du leadership. Cha-que pression de l'Etat et chaque «_révélation » des adversaires engen-dre et renforce la sympathie et l'engagement envers Öcalan. Cepen-dant, l'État turc essaie d'affaiblir la position du leadership avec, notam-ment, l'emprisonnement de la majorité des politiciens kurdes et son isolement qui dure depuis juillet 2011. Mais l'or-ganisation, Öcalan et ses sympathi-sants, en dépit des pressions subies du fait de leurs idées refusent de « se rendre». Les membres du mouvement kurde sont derrière leur leader. Et au péril de leur vie, ils sont depuis 65 jours en grève de la faim pour prouver qu'ils peuvent se battre dans tous les cas.

Le 12 Septembre, jour où la grève a commencé est une date importante pour la Turquie. Pour mettre un terme à la grève de la faim lancée dans diffé-rentes prisons, les militants exigent :

  • l'autorisation de visite à Öcalan donc le retrait des mesures d'interdiction dans un délai d'un an ;
  • l'autorisation d'un enseignement dans la langue kurde et le droit de plaidoyer en kurde ;
  • mais aussi et surtout l'amélioration des conditions de détention d'Öcalan et une évolution vers sa libération. ■