Articles‎ > ‎croate‎ > ‎

Portret


On mi je odmar rekla :

« Pa, evo kljucevi stana ! »

Pozdrav Dana,

što vas je dovelo do Strasbourga?

Provela sam magisterij u molekularne biologije u Hrvatskoj, u Zagrebu. Tada sam dobila posao ovdje: Radim u laboratoriju gdje pripremam svoj doktorat.

Kako si se snašla?

Ja sam u Strasbourgu već dvije godine. U početku, nisam govorila francuski. Situacija je bila teška i bilo je teško povezati se sljudima. Postojala je kulturalna razlika među nama, ali kad sam počela razumijeti kako bih trebala komunicirati s ljudima s kojima živim, postalo je lakše.
Integraciju su mi uvelike olakšali susreti organizirani od straneCouchsurfing grupe u Strasbourgu.

Oni su stvarno angažirani, svi se međusobno poznaju i dobri su prijatelji . Možete upoznati ljude koji puno putuju i imaju iste probleme u komunikaciji u inozemstvu. Oni razumiju situaciju pridošlica.

Bilo je teško pronaći smještaj?

Ne, odmah sam pronašla stan s kolegicom. U laboratoriju, većina ljudi govori engleski. To je naš radni jezik. Osim toga, moj šef  je Škot. Ovdje u Strasbourgu, živim s još četiri osobe u istom stanu.

Imate priliku govoriti hrvatski Strasbourgu?

Upoznala sam neke sunarodnjake, ali i Srbe. Lakše je komunicirati sa Srbima i Hrvatima jer imamo sličan način razmišljanja i isti jezik. U Hrvatskom riječi koje su skovane da bi se jezici odijelili. Neki primjeri su dosta čudni. Na primjer, riječ za "avion" u Hrvatskom se službeno promijenila u "zrakoplov"

Od kada sudjelujete u Couchsurfingu?

Ja sam CouchSurfer tri do četiri godine. Ugostila sam nekoliko ljudi u Zagrebu, kada sam živjela u domu. Soba je bila jako mala ...

I vaše prvo iskustvo u stranoj zemlji?


Prvi put, kad sam koristila Couchsurfing, nisam imala reference, niti komentare ostalih članova na svom profilu. To je bio u Argentini, u Buenos Airesu. Otišao sam izravno u stan domaćina. Osoba koju nikad nisam vidjela mi je odmar rekla: "Pa, evo ključevi stana! ". Nisam mogla vjerovati ... Također sam bila u Brazilu u razdoblju od tri mjeseca. Da bih bila sigurna da ću pronaći smještaj, poslala sam
dvadeset zahtjeva i dobila dvadeset odgovora "da"! Puno je lakše nego u Europi, gdje dolaze brojni turisti. Za Barcelonu sam napravila zahtjev jedan mjesec unaprijed. U Brazilu, naprotiv, mijenjala sam domaćina svaki tjedan.

Koja vas zemlja sada najviše privlači?


Mislim da ću ostati ovdje još dvije godine da završim svoj doktorat na melanom. Onda se nadam u Australiju, gdje postoje istraživački centri za ovu bolest. Ostala bih u ovom području istraživanja koja mi sviđa.

Portrait

Propos recueillis par Raimund Foglar

Il m'a dit tout de suite :

«  Tiens, voici les clés de l'appart ! »

Bonjour Dana,

Qu'est-ce qui vous a amenée à Strasbourg ?

J'ai passé un master en biologie moléculaire en Croatie, à Zagreb. Ensuite, j'ai obtenu un poste ici : je travaille dans un laboratoire où je prépare mon doctorat.

Comment s'est passé votre installation ?

Je suis à Strasbourg depuis deux ans. Au début, je ne parlais pas français. C'était difficile d'établir des liens avec les gens. Il y avait une différence culturelle. Mais une fois que j'ai commencé à comprendre les gens avec lesquels je vivais, c'est devenu plus facile. Je rencontre les couchsurfers toutes les semaines aux événements organisés par le groupe de Strasbourg. Ils sont vraiment engagés, on se connaît tous et on est très amis. On rencontre des gens qui voyagent beaucoup et qui ont les mêmes soucis de communication à l'étranger. Ils comprennent bien la situation d'un nouvel arrivant.

C'était difficile de trouver un logement ?

Non, j'ai tout de suite trouvé un appartement par une collègue. Au labo, la majorité des personnes parlent anglais. C'est notre langue de travail. D'ailleurs, mon chef est écossais. Ici, à Strasbourg, j'habite avec quatre autres personnes en colocation.

Vous avez l'occasion de parler croate à Strasbourg ?

J'ai rencontré quelques compatriotes mais aussi des Serbes. Nous communiquons facilement entre Serbes et Croates, nous avons les mêmes façons de penser et la même langue. C'est la Croatie qui cherchent à se distinguer des Serbes avec de nouveaux mots. C'est bizarre au début. Par exemple l'ancien mot pour « avion » que tout le monde utilise encore, est devenu « air-volant ».

Depuis quand faites-vous du partage d'hébergement ?

Je suis couchsurfeuse depuis trois quatre ans. J'ai hébergé des gens à Zagreb quand j'habitais une résidence universitaire. La chambre était vraiment petite...

Et votre première expérience dans un pays étranger ?

La première fois, je n'avais aucune référence, aucun commentaire sur mon profil. C'était en Argentine, à Buenos Aires. Je suis allée directement à l'appartement de mon hôte. La personne ne m'avait jamais vue et m'a dit tout de suite : "Tiens, voici les clés de l'appart ! ". Je n'en revenais pas... J'étais aussi au Brésil pour un stage de trois mois. Pour être sûre de trouver un hébergement j'avais envoyé une vingtaine de demandes la première fois : ils m'ont tous répondu qu'ils pouvaient m'accueillir ! Là, c'est vraiment plus facile qu'en Europe où il y a beaucoup de touristes. Pour Barcelone j'avais fait une demande un mois à l'avance. Au Brésil par contre, je changeais d'hébergement toutes les semaines.

Quel pays vous attire à présent ?

Je pense rester encore deux ans ici pour finir mon doctorat qui concerne le mélanome. Puis j'espère partir en Australie où il y a des centres de recherches pour cette maladie. J'aimerais rester dans ce domaine de recherche que j'aime bien.

Comments